DAINESE EXPLORER
Dainese Search

    Six jours et 1 600 km sur tous les terrains, de la Côte d'Émeraude aux hauts cols alpins entre l'Italie et la France

    Par Alessandro Marzi | 23 février 2024 | 1 min
    Moto: '22 Ducati DesertX 950
    Kilométrage: 1.600 km
    Difficulté: moyenne, bonne expérience tout-terrain requise si vous voyagez avec une bicylindre
    Durée: 6 jours
    Période de l’année: Août
    Météo: Toujours ensoleillée
    Températures: 20°C - 38°C
    Équipement essentiel: Veste et pantalon quatre saisons, bottes tout-terrain, sac à dos avec poche à eau et navigateur GPS professionnel
    marzi

    Alessandro Marzi

    L'auteur

    Né à Rome en 1979, sarde d'adoption depuis l'âge de 4 ans. J'organise des événements liés au sport automobile et je suis un grand amateur de voyages tout-terrain en Sardaigne, en Toscane, en Corse et partout où ma moto ou mon 4x4 me mènent. Avec Valentina, ma compagne depuis quatre ans, nous essayons toutes sortes de voyages et joignons souvent l'utile de la reconnaissance pour proposer de nouveaux lieux aux clients, à l’agréable d'un séjour hors des sentiers battus. 

    Il n'est pas courant que de la mer turquoise de la Côte d'Émeraude, le jour du 15 août, un couple d'amoureux décide de partir pour les hautes montagnes des Alpes occidentales. C'est pourtant ce que nous, Alessandro et Valentina, nous avons décidé de faire ! 

    « Fatigués » de notre splendide Sardaigne, à juste titre mais un peu trop peuplée au mois d'août, nous avons planifié une excursion à moto de 1 600 km dans le Piémont, en passant par la Ligurie, au guidon de la magnifique Ducati DesertX. 

    Je suis déjà un organisateur expérimenté d'excursions à moto sur route et tout-terrain en Sardaigne et en Toscane ; j'ai donc soigneusement préparé tous les itinéraires des routes les plus intéressantes à emprunter, y compris les tronçons tout-terrain les plus beaux et les plus remarquables. Un travail minutieux pour consacrer le temps nécessaire aux parcours répartis entre les secteurs techniques et ceux de transfert, en tenant compte des kilomètres nécessaires pour atteindre les villages les plus caractéristiques pour y passer la nuit.  

     

    Ce que nous avons emporté pour notre excursion à moto dans les Alpes piémontaises  

    Nous avons accordé une grande attention à la préparation des bagages, sans négliger les variables météorologiques que l'on peut rencontrer en haute montagne. Nous sommes partis avec des tenues appropriées, avec toutes les protections et prêts à affronter les températures attendues.  

    Triora, l’une des premières étapes
    Triora, l’une des premières étapes

    Pour notre excursion à moto dans les Alpes piémontaises, nous avons ainsi choisi : 

    • des vêtements quatre saisons avec des couches thermiques amovibles et de grandes prises d'air en raison des températures estivales en plaine mais également des baisses drastiques en altitude ; 
    • des gants et bottes avec membrane imperméable Gore-Tex® ; 
    • une veste de pluie imperméable que nous avons mis dans un sac de voyage extérieur pour l'avoir toujours à portée de main ; 
    • des inserts de vestes et de pantalons en cas de temps froid, également rangés dans le sac de voyage extérieur ;  
    • des sous-vêtements d'été respirants. 

     

    Jour 1 : de la mer immédiatement vers les montagnes 

    Dès le débarquement au port de Gênes, nous nous dirigeons le plus rapidement possible vers Taggia (136 km) et de là nous empruntons la magnifique SP 548 qui traverse une vallée étroite bordée de ruisseaux continus jusqu'à Triora, la ville des sorcières (30 km). C'est à partir de là que commence enfin le chemin de terre, étroit et sinueux par endroits et très rocailleux, en direction du col de la Garde. Ensuite, après le merveilleux et presque inconnu tunnel de Colle Ardente, nous arrivons au col du même nom et passons en France ! De là, nous continuons vers le mont Saccarel et atteignons le col du Tanarel. La route est presque entièrement à flanc de coteau, entourée de merveilleuses forêts, mais la conduite est réservée aux personnes expérimentées en raison des nombreuses montées présentant des pierres détachées et des pavés. 

    Vue sur la Route du Sel
    Vue sur la Route du Sel
    giacca moto 4 stagioni

    Comment choisir votre veste de moto pour voyager

    Imperméable, ajourée ou quatre saisons : l’équipement touring idéal

    EN SAVOIR PLUS

    La Route du Sel à moto au milieu des couleurs et des senteurs de la forêt 

    Depuis les virages en épingle de la descente du col du Tanarel, nous retournons en Italie et pouvons enfin admirer les vues dégagées classiques typiques des paysages alpins. Après quelques kilomètres, nous arrivons à la station d'entrée pour commencer notre excursion à moto par la Route du Sel (bifurcation Upega), montrer le billet de l'association Briga.info payé pour le transit et entrer dans le parc naturel du Marguareis. À partir de là, c'est une succession de couleurs, de roches rouges, de fleurs de lilas et de senteurs forestières jusqu'au col de la Celle Vieille, qui laisse entrevoir une route qui longe tout un flanc de montagne jusqu'au col de Framargal et au refuge Don Barbera, idéal pour une halte déjeuner puisqu'il est 13 h 30. 

    Après le déjeuner, la Route du Sel prend tout son sens avec une succession de routes taillées dans la roche : col de Malabergue, col des Carsene, jusqu'à l'apothéose de la beauté avec le célèbre col de la Boaria, avec son virage en épingle à cheveux traversant le talus en surplomb qui entre dans un véritable col de montagne. La route se poursuit entre des tronçons pavés et bien entretenus jusqu'à la Stazione 2000, où se trouve également la station d'entrée/sortie de la Route du Sel (côté Limone). De là, un détour par le col de Tende s'impose avant de rejoindre Limone Piemonte pour la soirée. 

     

    Jour 2 : allers-retours à la frontière entre l'Italie et la France 

    La deuxième journée commence directement par la magnifique vallée de l'Oronaye, qui mène de Borgo San Dalmazzo au splendide col de la Madeleine, frontière nationale avec la France : une route panoramique qui longe toujours la rivière Ubayette dans une succession de vues à couper le souffle. Après avoir atteint la Condamine-Châtelard, il faut quitter la vallée et se diriger vers Les Pras, où commence le chemin de terre menant au col du Parpaillon. Cette route très cahoteuse pénètre dans une vallée de rêve, digne d’un tableau, entourée de pics et de montagnes rocheuses arides ; elle commence à monter très vite et devient assez technique, à parcourir avec minutie, mais l'arrivée au tunnel du Parpaillon, à 2 645 mètres d'altitude, est à la hauteur de l'effort ! 

     

    Après avoir parcouru les 500 mètres du tunnel creusé dans la roche, plein de flaques d'eau, parfois glacées, on débouche dans la vallée d'Embrun, caractérisée par de vastes alpages et une descente beaucoup plus douce vers Crévoux. 

    L'après-midi est consacré au retour en Italie, mais pas avant d'avoir attaqué le célèbre col d'Izoard. La vallée qui la précède, de Guillestre à Arvieux, est une gorge où la route, taillée dans la roche, longe par tronçons l’impétueuse rivière Guil. L'arrivée au col d'Izoard laisse bouche bée : une route pleine de virages en épingle à cheveux, menacée d'inquiétantes avalanches, à tel point que même les motards les plus téméraires ralentissent. Après le col, nous nous rendons rapidement à Briançon pour nous diriger vers le col de Montgenèvre, qui nous mène à notre destination pour les prochains jours : Sauze d'Oulx. 

     

    Jour 3 : la boucle du val de Suse, paradis des maxi enduros  

    Notre troisième jour est consacré à l'un des itinéraires les plus rêvés et les plus convoités par les amateurs européens de tout-terrain : la boucle du val de Suse à moto. Elle vous permet de passer par certains des plus beaux chemins de terre d'Europe : le col du Finestre, la route de l'Assietta et la route du mont Jafferau avec le tunnel du mont Séguret (ou des Sarrasins).  

    Pour l'observation, nous préférons parcourir la boucle dans le sens des aiguilles d'une montre ; nous partons à 9 heures et, à Oulx, nous prenons immédiatement le chemin de terre à travers la forêt jusqu'à Château et, de là, la route nationale jusqu'à Bardonnèche. De là, nous continuons jusqu'au hameau de Gleise où le chemin de terre commence à flanc de coteau dans la forêt jusqu'au fort de Föens. 

    Nous arrivons à l'embranchement du fort de Jaffereau, un ouvrage militaire à 2 775 mètres d'altitude construit à la fin du 19e siècle pour défendre la frontière italienne, et nous le prenons sans tarder, la montée est praticable même par des novices, seules les dernières lignes droites ont une base en pierre pavée, pourtant bien plantée. L'arrivée au fort implique une dernière montée un peu plus technique, mais elle peut aussi se faire à pied, comme l'a choisi ma Vale. Je n'ai bien sûr pas pu résister et j'ai garé ma moto juste en face du fort, qui offre une vue à 360° sur les plus belles montagnes d'Italie et la vallée de Rochemolles. 

    springbok

    Springbok 3L Absoluteshell™

    Veste adventure touring imperméable à trois couches. Optimisée pour une utilisation quatre saisons. Protections souples Pro Armor de niveau 2 aux épaules et aux coudes.

    EN SAVOIR PLUS

    Le célèbre chemin de terre du col du Finestre
    Le célèbre chemin de terre du col du Finestre

    Le chemin de terre du val de Suse à parcourir à moto est un véritable joyau pour les amateurs de maxi enduros. Des vues à couper le souffle, d'anciennes routes et des monuments d'importance historique tels que des forts, dont certains parfaitement conservés, et des batteries militaires. Si vous cherchez des idées de balades à moto dans le Piémont, nous vous le recommandons vivement. 

     

    Séguret, col du Finestre et Assietta : la trinité des chemins de terre alpins 

    Le long chemin du retour vous mènera au très convoité tunnel des Sarrasins (mont Séguret), aussi étonnant que redouté en raison des trous remplis d'eau et de la pluie qui tombe en permanence du plafond ; de plus, étant donné qu’il s'agit d'un tournant, on n'en voit jamais la fin. D'autres petits tunnels naturels lui succèdent et garantissent eux aussi un certain plaisir.  

    Cette route mène au fort de Pramand et au hameau de Moncellier, mais ceux qui souhaitent continuer peuvent arriver aux villages pittoresques d'Eclause et de San Colombano, avant de reprendre la route nationale pour rejoindre Méans. 

    De Méans, nous empruntons les mille virages serrés en épingle à cheveux du col du Finestre jusqu'au Pian dell'Alpe, où il est agréable de faire une petite pause et de se ravitailler avant d'attaquer la route de l'Assietta. Ce dernier est une véritable apothéose pour les amateurs de tout-terrain, toujours sinueux en altitude avec d’importantes falaises latérales, mais jamais dangereuses, des paysages uniques et des tronçons flanqués de véritables parois rocheuses. Après avoir atteint le col Basset, il est possible de choisir de continuer à descendre la vallée vers Sestrières ou, comme nous l'avons fait, de tourner au nord vers Sauze d'Oulx et de traverser les magnifiques pistes de ski jusqu'au village. 

    casco moto adventure

    Comment choisir le casque idéal

    Guide des tailles, des types et des aspects à prendre en compte

    Le choix d'un casque n'est pas anodin, surtout si vous êtes un débutant. Voici un guide complet pour vous aider à choisir la solution faite pour vous.

    EN SAVOIR PLUS

     

    Jour 4 : étape de repos sur les cols français 

    Le quatrième jour est un jour de repos partiel, avec uniquement des tronçons de route et pas de tout-terrain ; nous nous dirigeons ensuite vers le lac du Mont-Cenis et le col du même nom, puis nous rentrons en France et dans la belle vallée du Cenis pour attaquer le col du Télégraphe. Vient ensuite l'un des plus beaux cols des Alpes, le col du Galibier, une merveille car la route passe toujours en hauteur sur le haut-plateau avec une succession de merveilleuses vallées qui l'encadrent. Nous arrivons directement à Briançon pour traverser la célèbre station de ski de Montgenèvre et retourner en Italie. 

     

    Jour 5 : des gorges du Verdon à la belle Barcelonnette 

    Cinquième jour, aujourd'hui une « étape marathon » pour voir les célèbres gorges du Verdon et traverser la route qui les longe. Nous nous levons très tôt et partons de Sauze d'Oulx pour rejoindre Savines-le-Lac et de là, au lieu de prendre l'autoroute jusqu'à Moustiers-Sainte-Marie, nous préférons rester le long du lac de Serre-Ponçon. Nous restons en altitude en nous dirigeant vers Digne-les-Bains et cela vaut la peine, tant pour l'absence totale de circulation que pour le paysage rural que nous rencontrons, avec les célèbres champs de lavande (bien que déjà fauchés !), et qui nous invite à faire quelques arrêts chez de petits artisans locaux pour acheter de l'huile et d'autres produits.  

    À Moustiers-Sainte-Marie commence la vraie route du Verdon qui mène à La Palud-sur-Verdon. Je vous recommande ici de parcourir la boucle de la route des Crêtes, qui offre une vue encore meilleure sur les falaises et les nombreux points de vue avec des aigles qui passent comme de petits planeurs au-dessus de nos têtes. 

    Nous continuons vers Castellane et, ici, la route du Verdon devient encore plus intéressante ; de nombreuses sections ont été creusées dans la roche par les crues ! Nous nous arrêtons sur l'une des nombreuses aires au bord de la rivière pour nous rafraîchir, compte tenu des 34 °C. Depuis Castellane, nous suivons la route qui longe le Verdon jusqu'à sa source à Allos, en traversant de belles vallées, puis en franchissant le redoutable col d'Allos.  Alors que, d'un côté, la route s'enfonce dans une série de virages en épingle à cheveux à travers de paisibles champs de blé en altitude, de l'autre côté, elle traverse une gorge étroite avec une route à faire trembler même les alpinistes les plus audacieux. De là, nous arrivons au village pittoresque de Barcelonnette, où nous passons la nuit après avoir parcouru pas moins de 400 km. 

     

    Jour 6 : le col le plus impressionnant le dernier jour du voyage 

    Comme on dit, le meilleur pour la fin, parce qu'aujourd'hui, le sixième jour avec retour à la maison, s'avère peut-être le moment le plus beau et le plus évocateur. Au départ de Barcelonnette, nous prenons immédiatement la route du col de la Bonette : c’est le col le plus extraordinaire que j'ai franchi de ma vie. En plus d'être le plus haut d'Europe, il est pour moi unique car il passe entre de hauts-plateaux verdoyants où s’alternent vallées herbeuses et éboulis. La route, qui n'est pas du tout dangereuse, est large et très agréable en termes de rythme et de paysage. En arrivant au sommet, une ambiance lunaire nous attend, avec le dernier rond-point autour du sommet tout noir et aride offrant une vue à 360° sur les montagnes environnantes.  

    La montée et la descente à Saint-Étienne-de-Tinée sont aussi belles l'une que l'autre. Nous continuons vers Isola, puis vers le dernier col du séjour, le col de la Lombarde, qui mène d'Isola 2000 à Sainte-Anne de Vinadio. Ce col, où l'on repasse la frontière italienne, est également magnifique.  

    Pour les amateurs de tout-terrain, une fois au col, je recommande la descente par le chemin de terre facile jusqu'à l'embranchement de Sainte-Anne, une splendide vallée qui mène à la Malga Oglias et de nouveau à l'asphalte. Nous faisons un détour par le sanctuaire de Sainte-Anne de Vinadio, qui est merveilleux. L'église est recouverte de représentations de grâces demandées à la sainte ; il est émouvant d'admirer ces peintures et de lire ces invocations.  

    Après le déjeuner, nous effectuons un long transfert vers la Ligurie, juste à temps pour une baignade rafraîchissante à Varazze. Nous sommes maintenant prêts pour notre retour en Sardaigne après 1 600 kilomètres parcourus en seulement six jours à moto dans le Piémont. 

    Équipement essentiel

    viaggio moto patagonia 6

    Casque Adventure

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 2

    Veste de Adventure

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 1

    Pantalon de Adventure

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 9

    Bottes adventure

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 7

    Gants hivernaux

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 8

    Gants en tissu

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 5

    Protection dorsale

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 3

    Maillot technique

    En savoir plus
    viaggio moto patagonia 4

    Collant technique

    En savoir plus

    Voyages que vous pourriez aimer

    L’exploration de la Sicile en enduro de Messine à Palerme

    Près de 1 000 kilomètres de voyage à moto en tout-terrain, entre mer et montagne le long de la Trans Euro Trail

    11 jours à moto à travers le Chili, la Bolivie et l’Argentine

    Route goudronnée et tout-terrain depuis le désert d'Atacama jusqu’au Salar d’Uyuni, 2 500 km avec départ et arrivée à Salta