DEMONEROSSO
Search Dainese

    Un tournoi, quatre formations et les voiliers les plus rapides des océans

    Par DemoneRosso | 16 avril 2021 | 1 min

    Contenu de l'article

    La Coupe de l’America est le défi des clubs de voile les plus prestigieux et se dispute tous les quatre ans
    Le vainqueur de l’édition précédente prend le nom de Defender, l’adversaire est le Challenger
    Emirates Team New Zealand est actuellement le défenseur du titre conquis en 2017
    Trois équipes, dont Luna Rossa Prada Pirelli, se disputent le rôle de challenger des Néo-Zélandais
    La PRADA Cup est le trophée préliminaire de la Coupe de l’America, permettant de définir qui sera le Challenger
    Challenger et Defender s’affronteront au meilleur des treize manches pour remporter la Coupe

    La Coupe de l’America, le plus ancien trophée sportif du monde que l’on se dispute encore. Tous les quatre ans, les clubs de voile les plus prestigieux se défient pour identifier les voiliers et les équipages les plus rapides de toutes les mers. La 36e Coupe de l’America presented by PRADA se déroule en Nouvelle-Zélande, pays des Kiwis détenteurs du titre remporté en 2017. Emirates Team New Zealand est donc Defender et attend que soit défini qui sera le Challenger, l’adversaire qui tentera en mars prochain de remporter le « vieux pichet », surnom du trophée de la Coupe de l’America dans l’hémisphère boréal. 

    ETNZ_JS_2101009_0397 (1)

    Le défi pour le titre de Challenger  

    Pour désigner l’équipage Challenger, la PRADA Cup, déjà connue sous le nom de Louis Vuitton Cup, est disputée. La PRADA Cup prévoit l’affrontement de trois formations, qui s’affrontent dans une série de régates préliminaires, les fameux Rounds Robin, qui détermineront l’accès aux demi-finales et finales. L’équipe qui marquera le plus de points lors des Rounds Robin se qualifiera directement pour la finale de la PRADA Cup. L’autre finaliste sera celui qui gagnera les demi-finales, disputées entre les deux embarcations les moins performantes lors des Rounds Robin. La finale de la PRADA Cup prendra fin lorsque l’un des deux équipages atteindra les sept victoires dans une série de duels en tête à tête.

    La véritable Coupe de l’America ne débutera qu’au moment où le nom du challenger d’Emirates Team New Zealand sera connu. Defender et Challenger régateront à nouveau dans le golfe de Hauraki, au large d’Auckland, jusqu’à ce que l’une des deux formations atteigne, une fois de plus, les sept victoires.  

    AC201220cb_20066_2 ETNZ_HH_19981_2

    Les formations de la PRADA Cup  

    Les formations qui brigueront le titre de Challenger sont Luna Rossa Prada Pirelli, représentant le Circolo della Vela Sicilia, les Américains d’American Magic, inscrits pour le New York Yacht Club, et les Britanniques d’Ineos UK, qui participent pour le Royal Yacht Squadron. Le règlement prévoit que les équipages doivent être composés d’au moins 20 % d’athlètes de la même nationalité que l’équipe, tandis que les membres étrangers doivent avoir résidé pendant au moins 380 jours dans le pays de référence, pendant la phase de développement de l’embarcation avant l’ouverture des hostilités sportives.  

     

    Le MotoGP™ des mers  

    Comme le veut la tradition, les champions en titre ont eu l’avantage de pouvoir fixer les règles de l’édition actuelle de la Coupe de l’America. Les nouvelles embarcations ne sont plus des catamarans, mais de nouveau des monocoques. Les voiliers AC75, la désignation de la nouvelle catégorie, sont des monocoques volants munis de deux ailes mobiles sur les côtés de la coque. Ces ailes, les foils, permettent au voilier de voler au-dessus de la mer, avec l’un, ou les deux foils, et le safran comme seules parties immergées. Cela permet de réduire considérablement le frottement avec l’eau et d’atteindre des vitesses de 50 nœuds, près de 100 kilomètres à l’heure.

    AC210116cb_20734

    Le besoin de protection  

    Les vitesses toujours plus élevées soumettent les embarcations mêmes et les équipages à des contraintes de plus en plus importantes. Tomber à l’eau à 50 nœuds est comme tomber sur l’asphalte d’un circuit, une préparation adéquate, également en termes de sécurité, s’avère donc toujours plus nécessaire. Emirates Team New Zealand, Defender de la Coupe de l’America, et Luna Rossa Prada Pirelli, en lice pour le titre de Challenger, se sont tournées vers Dainese pour la protection de leurs athlètes.   

    Appliquant l’expérience acquise dans le domaine du MotoGP™, Dainese a emmené en mer Sea-Guard, un gilet protecteur développé spécifiquement pour la voile. Sea-Guard offre une protection contre les chocs dans les zones les plus exposées, telles que la poitrine, les clavicules et le dos, et garantit la flottaison en cas de chute dans l’eau, une caractéristique spécifiquement demandée par le règlement de la compétition. Sea-Guard est né pour mettre les marins dans les conditions de repousser leurs limites à bord d’embarcations de plus en plus avancées. 

    Articles liés

    Motorbike / Tech

    Comment choisir mon ensemble imperméable à l’eau ?

    Nous vous présentons les membranes imperméables, les matériaux et leurs fabrications.
    Motorbike / History

    Les vestes du Dakar

    Quand les pilotes étaient des explorateurs du continent noir